BLOG

 

Juin se termine déjà!  Au Québec, la saison d’athlétisme sur piste s’échelonne sur à peine huit semaines. Mon club le « St-Laurent Select »  inaugure officiellement le début des compétitions dès la fin mai.

C’est avec regret que je n’ai pu participer à deux des trois premières courses, car les premières rencontres furent cédulées en même temps que « l’Expo du marathon d’Ottawa » où je représentais Kronobar.

Pourtant, j’ai pu courir, pour une deuxième année consécutive, le 2 km sur route du Marathon d’Ottawa. L’an dernier, j’avais remporté la première place chez les femmes avec un temps de 7 minutes et 14 secondes!  Cette année, j’étais à nouveau première avec un temps de 6 minutes et 31 secondes.  Comme j’étais étonnée d’avoir accompli un tel record! Mais après vérification sur ma montre GPS, j’ai constaté qu’il manquait 100 mètres sur le parcours. J’en ai conclu que cela valait approximativement 6.53 pour la distance exacte de 2000 mètres.  Cela reste tout de même un record personnel, n’ayant jamais couru sous les 7 minutes!

Établir une telle performance en début de saison met le vent dans les voiles et augmente la confiance en soi. Lorsqu’en pleine course notre corps fait mal partout et que nous vient la tentation mentale de tout relâcher et de décélérer, ces victoires nous aident à résister et se donner jusqu’à la ligne d’arrivée.

J’ai poursuivi la saison avec un 200 mètres sur piste, bien que ce ne soit pas ma lignée d’épreuve, car il n’y avait pas de 400 ou 800 mètres au programme. Travailler sa vitesse et changer sa routine est toujours bénéfique, autant pour les débutants que pour les athlètes. Cette course a aussi bonifié ma confiance car j’ai marqué un autre temps record de 28.2 secondes!

Par la suite, j’ai participé à un 400 mètres sur la piste de Ste-Thérèse. Le résultat : 61.7 secondes pour une deuxième place. En comparant avec mon meilleur temps obtenu lors des « Jeux du Canada en 2005 » pour le 400 mètres qui était de 56 secondes pour mes 22 ans à l’époque, je suis désormais convaincue que mon objectif de réaliser un temps de 58 secondes pour les Championnats du monde Master en 2020 n’est pas si fou.

Finalement, j’ai enfin pu prendre part à mon premier VRAI 800 mètres, le 12 juin dernier à ville LaSalle. Je dis « Vrai » 800 mètres, car celui couru le 5 mai dernier, soit très tôt en saison, était immédiatement après une greffe osseuse dentaire. Passionnée par cette discipline, ce n’est pas cet obstacle qui allait m’empêcher d’y participer mais disons que je n’étais pas au « top », comme cela peut nous arriver à tous.

 

Pour revenir à la course de 800m du 12 juin, nous sommes treize coureuses sur la ligne de départ dont 12 compétitrices et 1 lapin de cadence ayant le mandat de passer le 400 mètres en 65 secondes et de poursuivre jusqu’au 600 mètres en une 1 minute 38 secondes.                                                                 

Puisque nous sommes nombreuses sur la ligne de départ, cela m’oblige à sortir rapidement de la position initiale et de me placer en tête pour éviter de me faire piétiner ou bousculer.

Le coup de feu est parti et je me place en 2ème place derrière Gabrielle Champigny qui prend les devants dès les premiers 70 mètres. Elle se fait vite rattraper par Martine Parent, la favorite de ce départ.

Mon objectif était de rester mécaniquement relâchée, tout en maintenant une foulée agressive. Gabrielle et moi passons le premier 200 mètres en 31-32 secondes.

Ma première réaction est de me dire que c’est sur la bonne voie, bien qu’un peu rapide mais normal puisque le premier 200 mètres de la course est souvent plus rapide. Je décide alors de me ranger derrière Gabrielle, car je me dis qu’elle saura me dicter le bon rythme de course. Rendue au 400 mètres, je réalise que nous avons perdu un peu de vitesse car nous passons la ligne en 68 secondes.  Il est effectivement facile de ralentir sans s’en rendre compte.  Malheureusement, les secondes perdues sur les premiers 400 mètres sont souvent très difficiles à rattraper.

Je me ressaisi et me pousse pour faire réagir Gabrielle. Elle ne se laisse effectivement pas dépasser et accélère son rythme. J’ai terminé la course avec le temps de 2 minutes 21 secondes, en troisième place. J’avais un 1 dixième de seconde derrière Gabrielle.

Je suis contente de ma course bien que je visais en dessous de la barre des 2 minutes 20 secondes. Disons que ceci laisse place à une plus grande amélioration pour la prochaine course.

Le mois de Juillet s’annonce très chargé en compétition : les championnats Canadiens Vétérans, les championnats Canadiens Séniors et les championnats Provinciaux Civils. Je vous invite à venir vivre l’expérience d’une course d’athlétisme avec moi lors de l’une de ces trois 3 courses qui auront lieu à Montréal et à Ste Thérèse!

À suivre… au pas de course!

 

 
Rose Marie Jarry
Athlète, Chef pâtissière et 
Fondatrice de KRONOBAR
"Je relève mon Défi 2020"