BLOG

Le temps de récupération suite à une blessure est toujours plus long que nous l'espérons. Cependant, avec l'expérience, une certaine sagesse s'installe durant cette période. Il m'a fallu plusieurs blessures pour arriver à ce grand respect envers mon corps. Les premières fois, il était très difficile pour moi d'accepter et de respecter le temps nécessaire au corps pour se remettre d'une blessure sévère.

Nous sommes présentement en novembre et je suis toujours en arrêt de course. Comme mentionné dans mes blogues précédents, j'ai dû faire un arrêt complet à la fin juillet après ma saison de compétitions, pour laisser ma blessure au tendon d'Achille guérir complètement. En septembre, je suis allée consulter une orthopédiste afin d’obtenir le feu vert pour reprendre mon entraînement. Elle m'a dit: "Tu ne cours pas pendant au moins 4 à 5 semaines encore. Tu as une belle déchirure qui est toujours en reconstruction. Donc dans 5 semaines je veux te revoir pour faire une seconde échographie, pour voir l'évolution." Cette déchirure, bien que située juste à l'insertion du tendon et sous la bourse, ne me procurait pas tant de douleur. J'étais même très enjouée à l'idée de recommencer la course cet automne. Elle a "pété ma bulle" et c'est le cas de le dire!

Je suis donc sortie de l’hôpital avec le moral à plat. C'est là que l'expérience prend le dessus, car je sais que cette période est capitale à respecter pour atteindre mon objectif de monter sur le podium lors des jeux de Toronto en 2020.

La routine d'entrainements plus légers a continué pendant 5 semaines. Je me suis présentée comme prévu à la deuxième échographie, pour apprendre que la superficie de la rupture avait diminué, mais n'était pas complètement guérie. Cinq semaines supplémentaires d'attente et je dois retourner en décembre pour la troisième échographie.

Je sais que je peux en faire qu’à ma tête et courir quand même, puisque je ne ressens plus de douleur. Par contre, je sais aussi qu'un tendon mal guéri peut mener à une autre déchirure, voire à une rupture complète du tendon. Ceci signifierait une année COMPLÈTE à ne rien faire du tout! Pas de course, pas d'elliptique, ni de musculation… Juste du repos. Je dois avouer que cette pensée me fait froid dans le dos et c'est assez pour me raisonner. En effet, je sais qu’un problème de santé qui perdure n’affecte pas uniquement l’aspect physique de notre vie, mais aussi notre mental, nos émotions, et nos finances peuvent elles aussi en prendre un coup, si notre profession requiert notre corps.

Me voilà encore en mode maintien de la forme. Je varie les entraînements en passant de elliptique aux escaliers mobiles, au vélo stationnaire et à la salle de musculation. Je garde le moral et je me motive en me concentrant sur ce que je PEUX faire en ce moment, et non l'inverse. De plus, j'entretiens toujours mon rêve de monter sur le podium en 2020.

Mes astuces et solutions

J'ai trouvé une solution pour faire passer le temps plus vite sur les appareils cardio-vasculaires. Je fais des intervalles en créant des changements de vitesse. Ceci fait travailler plus fort, mais donne aussi l'impression que le temps passe plus vite, car notre attention se concentre sur le changement de vitesse. Par exemple, je peux faire 15-20 minutes d'échauffement sur l’elliptique à une vitesse constante, puis j’enchaîne avec des séquences rapides d’une minute, comme lors d'un sprint, suivies de séquences d’une minute à vitesse normale. Je répète cette séquence environ une dizaine de fois.

À l'occasion, pour y ajouter un peu de difficulté et atteindre le sentiment de m'être dépassée, j'enfile ma veste de poids de 10 livres sur mon dos pour faire mon entraînement. Le mental est tout aussi important pour rester motivé, il faut trouver une façon de transformer nos difficultés et rester confiant dans l'avenir. Je m'offre aussi quelques fois une petite récompense nutritive après un bon entraînement.

La morale de cette histoire est qu'une bonne guérison et une récupération rapide demandent un effort psychologique et non physique. Il faut garder le cap sur les objectifs à long terme et être à l'écoute de notre corps au quotidien. Ne vous inquiétez pas, il vous le rendra bien au retour de l'entrainement!


Rose Marie Jarry
Athlète, Chef pâtissière et
Fondatrice de KRONOBAR
"Je relève mon Défi 2020"

COMMENTAIRES (1)

par Yvan Gratton

Wow quel message pas toujours facile a établir et respecter .
Go Go GO .